11 juillet 2020

Le goût du papier

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’éprouve tellement de satisfaction au son des pages qui se tournent, au sentir du stylo guidé par mes doigts – qui court sur le papier; matérialisant ainsi mes idées, mes pensées ou tout simplement un texte dicté.

Rien n’est comparable à la sensation de voir ses pensées prendre corps sur du papier — Crédit Photo: JESHOOTS.COM on Unsplash

Je vous ai déjà dit que l’écriture était une de mes passions, mais est-ce que vous saviez combien j’apprécie la douceur du papier? Le besoin que j’éprouve face à une page blanche, vierge et offerte à la hardiesse de ma graphie. Même lorsque rien ne me vient à l’écriture, d’un gribouillis quelconque, j’éprouve le désir de souiller cette page blanche qui semble réclamer mon offense pour accomplir sa destinée.

Mon ASMR

J’aime lire des bouquins, les tenir dans mes mains, feuilleter les pages et estimer le temps que j’y mettrais. Je me surprend parfois à en caresser la couverture, perdue dans la rêverie. Le bruit des pages qui tournent, c’est mon ASMR* à moi. Un petit bonheur ! Une satisfaction qui grandit à mesure que l’on se rapproche de la fin. En réalité, j’ai trouvé le concept d’ASMR assez loufoque lorsque j’en ai eu vent. Comment peut-on se détendre en écoutant quelqu’un croquer dans un concombre, une pomme, des carottes ; se brosser les cheveux ou encore chuchoter dans un micro ?

Mais qu’est ce qu’on irait pas faire pour se soustraire à nos quotidiens insipides parfois. Et pourtant, ce doit être le même effet que produit chez moi, l’odeur des vieux bouquins et le bruit des pages (Je ne parle pas du roman, mais lisez le quand même si vous êtes un peu fleur-bleue).

«LE BRUIT DES PAGES»

Prix du Livre Romantique 2019 de Livia Meinzolt

Publication : 9 avril 2019

Maison d’édition : Éditions Charleston

Adepte du bloc-notes

Ce doit être un truc spécial que j’ai avec le papier, car j’ai des bloc-notes tout le tour du ventre et j’y consigne mes idées à tout va. J’ai tellement d’idées qui fusent, chahutent, se bousculent, disputant ma sérénité.

« Tu es de la vieille école » me diriez- vous. Si vous saviez l’arsenal technologique dont je dispose et que j’utilise à bon escient. Je n’ai pas trop eu le choix de toute facon. Mes responsabilités pédagogiques m’y ont insidueusement obligée. Les étudiants d’aujourd’hui privilégient les iPad au bon gros cahier, classeur et autres format A4. On navigue plutôt sur des applications de productivités, de prises de note audio, de documents partagés et de Planners.

Venant de la vieille école, j’ai tout de même eu un peu de mal à m’arimer. Préparer des présentations sur PowerPoints remis avant le cours, regarder les étudiants qui se contentent de prendre nonchalement des notes sur leurs tablettes ou leurs téléphones. L’université, ce n’est décidement plus ce que c’était. Elle est passée où la dictée? bref je m’égarre, revenons à mon amour du papier.

Nouvelles technologies

Aujourd’hui, bien que je dispose de la iPanoplie, je me réserve le plaisir de toujours tout faire à la main et organiser ma petite vie grace à mon BuJo*. Les carnets virtuels me désensibilise et me déconnecte de mes programmations quotidiennes. Prenons l’exemple des bons vieux calendriers de poche, tout bardé de petites croix, que toutes les jeunes filles rangeaient soigneusement dans leurs portefeuilles. Ils servaient à suivre leurs cycles menstruels. C’etait faire montre de constance et de discipline que de remplir tous les mois ces petits calendriers.

Aujourd’hui, on le fait sur des applications comme Flo, Clue ou My Period calendar, qui non seulement vous prévient à l’avance, vous permet de consigner vos symptomes pré-menstruels, mais en plus, vous rappele le jour où vous êtes le plus susceptible de tomber enceinte, ce que nos anciens calendriers ne faisaient pas.

Pour ce qui est des eBooks, toute une histoire. Je m’efforce toujours de passer la barre des trois pages. Lecture sur tablette électronique ou sur liseuse Kindle, rien n’y fait, impossible de terminer. Yeux qui coulent, qui fatiguent. Il me faut à chaque fois, mes bons vieux bibelots.

Néanmoins, la digitalisation de la page blanche m’a sauvée la mise à maintes reprises. Des idées ou consignes à noter alors que j’étais hors de portée d’un bloc-note, il y avait toujours mon téléphone pour me sauver. Qu’adviendrais t-il de ce monde si je ne pouvais consigner mes précieuses idées? hein?!

Enfin, ce que le papier ne saura certainement jamais faire, c’est vous balancer une sonnerie tonitruante de rappel à l’approche d’un événement. Pour cela, j’apprecie à bien des égards les nouvelles technologies et je tente de faire avec l’ére du temps.

Une iPanoplie. Crédit photo: UnSplash

Je me demande quand même si on n’est pas entrain d’assister aux derniers jours du papier. Peut-être irons nous dans quelques années, découvrir à quoi ressemble un livre dans un musée? En attendant j’espére reveiller chez vous- par l’entremise de ce billet électronique pour le coup – le goût du papier.

*ASMR de l’anglais Autonomous Sensory Meridian Response, que l’on peut traduire par « réponse autonome sensorielle culminante » est un sigle qui décrit une sensation distincte, agréable et non sexuelle de picotements ou frissons au niveau du crâne, du cuir chevelu ou des zones périphériques du corps, en réponse à un stimulus visuel, auditif, olfactif ou cognitif.

*BuJo de l’anglais Bullet Journal est une méthode d’organisation personnelle mise au point par le designer new-yorkais Ryder Carroll. Il permet d’organiser des calendriers, des rappels, des listes, des brainstorming et d’autres moyens d’organisation dans un seul et même carnet.

Partagez

Commentaires

Sandrine Mengue
Répondre

Keep walking👍

Dr K.
Répondre

Merci😄. Jonny Walker for dey 🚶🏾‍♂️

Steven - RFI
Répondre

Chouette billet ! Personnellement j'utilise ordinateur, tablette, smartphone ou bloc note pour différents usages, et qui ne sont pas les mêmes. J'écris mes interviews et articles sur ordinateur ce qui me permet de réorganiser facilement mes idées, je lis et fais des modifications légères de mes articles sur tablette, je fais des listes de tâches au long cours sur smartphone, quand aux listes du quotidien (comme ma liste de courses !), c'est sur des post-it que je me sens plus à l'aise de les écrire.
Mais pour laisser aller mon imagination, rien de mieux qu'une page blanche et un stylo.

Dr K.
Répondre

Merci Steven! Je m'organise un peu pareille également pour mes ToDo List journalières et une page blanche est définitivement une page qui inspire.

Délivrance
Répondre

Un vrai délice. C'est magnifique

Dr K.
Répondre

Merci Miss!

Lisi Yao
Répondre

C'est bien de se rendre compte qu'on n'est pas seule au monde 🤣 Il faut bien quelqu'un qui vit la même passion pour savoir ce que l'on ressent... Écrire... Hum ! J'essaie de m'organiser mais comme je l'ai écris une fois : L'inspiration commande.

A propos des supports et des usages par contre, je suis plus à mon aise avec l'ordinateur. Mais, quand j'ai une inspiration et que je n'ai pas accès à un clavier, je cherche le papier comme une folle ! Rires... J'aime bien écrire aussi, sur le papier. Et comme toi, parfois, je... gribouille !?
Dans une autre vie, j'aurais peut-être pu être Picassette ! 🤣 Dans celle-ci, ça craint... Il y a surtout imaginer et écrire que je fais peut-être assez bien.

A propos des livres... Bon, je m'arrête là, au risque de faire un commentaire plus long que le billet ! 🤣

Bisou.

Dr K.
Répondre

Merci Lisi, ne t'inquiète pas de la longueur. Je prends plaisir à te lire et à voir tous les points qu'on partage en commun.

Fotso Fonkam
Répondre

Intéressant...

Perso, je perds de plus en plus l'habitude d'écrire sur du papier. Au point où j'éprouve une certaine paresse à former les lettres quand j'écris. Du coup, mon écriture est devenue illisible, même pour moi.

Par contre, il m'est pratiquement impossible de lire un livre sur un écran. J'ai essayé à maintes reprises, après quelques page je laisse tomber.

Pour terminer, je pense que le papier ne va pas disparaître de si tôt, quoique, si ça arrivait, peut-être ça rendrait service à l'environnement...

Dr K.
Répondre

Oui je comprends. ok pour rendre service a l'environnement, mais si c'est pour faire travailler encore plus d'enfants dans les mines de cobalt en RDC ou ailleurs pour nous assurer des smartphones, mieux vaut sacrifier les arbres non?!